Home arrow FAQs arrow Pourquoi l’Afrique pourrait ne jamais produire un Facebook, un Google, ou un Groupon?
Pourquoi l’Afrique pourrait ne jamais produire un Facebook, un Google, ou un Groupon?
L’Afrique a ses Mark zuckerberg (Facebook), ses Larry Page (Google), ses Bill Gates (Microsoft), ses Andrew Masons (Groupon). Mais il lui manque ses John Doerr, ses Bob Kagle, ses Paul Graham. Ces derniers noms ne vous disent peut être rien, mais sans eux, les entreprises citées n’aurais jamais existé. C’est qui eux?
Il s’agit tout simplement de riches investisseurs à la tête de sociétés de Capital-risque (plus connus sous le nom de Venture Capital) qui mettent leur argent dans des entreprises en phase de création.

Voilà donc ce qui manque à l’Afrique. Des moyens financiers pour soutenir les entrepreneur porteurs de projets intéréssants. C’est en tout cas l’avis du blogueur d’origine nigériane Mfonobong Nsehe dans son article sur le site web du magazine Forbes. L’Afrique regorge d’entrepreneur, en particulier dans le domaine des technologies. Et la plupart de ces entrepreneurs ont des projets, un business plan solide, et une stratégie marketing à toute épreuve. L’an dernier par exemple, John Waibochi, développeur de logiciels pour mobiles et entrepreneur originaire du Kenya, a battu plusieurs autres développeurs de logiciels originaire des États-Unis, du Canada et d’Inde et a remporté le Nokia Innovation Challenge Award. Il a reçu en plus de son prix la coquette somme d’un million de dollars. Aujourd’hui, son entreprise VirtualCity qui est pionnière sur le marché, développe un logiciel mobile extrêmement populaire en Afrique de l’Est. Ensuite, il y a Mark Shuttleworth, un sud-africain passionné du Web qui a fondé Thawte, un certificat de sécurité Web. Thawte est devenu un tel succès qu’il a été rachetté par VeriSign pour 575 millions de dollars.

Les africains peuvent créer des produits technologiques à succès. Il y a de nombreux entrepreneurs qui attendent de percer, mais leurs idées pourraient ne jamais voir le jour en raison d’absence de financement d’amorçage. C’est la raison pour laquelle l’Afrique pourrait ne jamais produire un Facebook, un Groupon, un Zynga ou un Google: Il n’ya pas de sociétés de capital-risque en Afrique pour financer ce type de projets. C’est malheureux. Et même s’il ya des chances qu’elles existent réellement, elles possèdent un mépris flagrant de la technologie et du rôle crucial qu’elle va jouer dans l’avenir. En conséquence, elles ne sont pas disposées à financer ce secteur et lui donner la reconnaissance qu’elle mérite.

Et pourtant, L’Afrique connaît une renaissance grâce... Lire la suite et l´intégralité de l´article ICI.
 
Source: Bana Mboka
 
VKII Sponsors
VKII Partners
Become a member
Services for members
Membership form
VKII Bank Account
Einzugermaechtigung Form
Foerdermitglied
Search a Job
Statistics
Members: 42
News: 1620
Web Links: 5
Visitors: 5093623
VKII on Facebook