header2.jpg
Home
Ces femmes qui s┤engagent pour le Cameroun - Interview avec Mme Amina Rausch
Image Mme Amina Rausch est une jeune camerounaise  qui vit en Allemagne, employée dans la société Airbus.  Elle est également fondatrice d’une association caritative ayant pour but de promouvoir la scolarisation des jeunes camerounais et camerounaises, plus particulièrement dans sa région natale, l´extrême-nord Cameroun.
Dans cette interview, elle revient sur son engagement et sur son évolution de l´extrême nord du Cameroun à la région de la Bavière en Allemagne.
 
VKII-COM: Pour commencer, chère Amina, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs?
Amina Rausch (AR): Je m'appelle Amina Rausch, 33 ans, ressortissante de l'extrême-nord du Cameroun,  mère de 2 enfants (20 et 18 ans). Je travaille chez Airbus comme assistante du vice président des recherches techniques et de son équipe.

VKII-COM: Ton association, "WOKKA Zukunft für den Nordens Kamerun", a pour but de promouvoir la scolarisation des jeunes camerounais(es), particulièrement de ceux vivant dans l´extrême nord du Cameroun. Depuis quand existe-t-elle et qu´avez-vous comme activités?
AR: Elle existe officiellement depuis 2014, mais elle est en œuvre depuis 2009. Nous établissons des actes de naissances par le jugement supplétif pour les élèves démunis, orphelins et de familles pauvres afin de leur permettre l’accès à l’éducation secondaire.
Nous pourvoyons des écoles avec des sacs á dos, des stylos, des cahiers, bref des fournitures scolaires et nous prenons en charge le salaire de  maîtres bénévoles pour que les cours soient suivis.

VKII-COM: Quelles sont les plans spécialement pour cette année 2016 et vos objectifs à court terme, moyen et long terme?
AR: Pour cette année j’avais prévu construire dans la région, une salle de bibliothèque, une salle de machine à coudre et une salle d’informatique pour une école avec l’aide des étudiants de l’université Technique de Munich. Ce projet est renvoyé à l’année prochaine car les personnes volontaires pour la construction des salles sont de peau blanche et elles seront exposées aux attaques de Boko Haram qui sillonnent le secteur. Je me concentre sur l’établissement des actes de naissances en attendant que le calme revienne.
Comme objectifs à court terme nous souhaitons continuer d’approvisionner les écoles avec les matériaux scolaires (tables bancs, cahiers, sacs) et payer les enseignants bénévoles. Permettre également (par les cours du soir) aux parents illettrés et volontaires de prendre le chemin de l’école car nulle n’est assez vieux pour aller à l’école! Ne serait-ce que pour écrire et lire leur propre nom!
A moyen terme? Faire des campagnes contre le paludisme, comment le prévenir. Construire des salles de toilettes dans les écoles car l’hygiène et la salubrité est un thème à ne pas ignorer. Le manque d'hygiène cause tant de maladies telles que le choléra, la diarrhée etc…
A Long terme? Établir les actes de naissance pour les enfants (le plus possible) jusqu’à ce que les parents aient compris que les actes de naissances sont importants pour l’avenir de leurs enfants, sans lesquelles ils n’ont aucune identité.

VKII-COM: Quelle était ta motivation à t’engager, à créer une telle association?
AR: Je suis ma motivation! Après avoir fuis le mariage forcé donc j’ai été victime à l’âge de 12 an et demi, mon seul souhait était d’aller à l’école et puis faire des études secondaires pour être financièrement indépendante et enfin épouser l’homme qui me plairait et que j’aimerai volontairement! Mon passage de fille de maison ou «bonne» comme on le dit souvent au Cameroun jusqu’à être employée chez Airbus en Allemagne fut un passage épineux, caillouteux voir plein d’humiliations. Ayant passé ce trajet dur, je voudrais donner espoir à tous ceux qui veulent atteindre leur objectif, de ne jamais perdre courage, qu’ils se relèvent à chaque fois qu’ils tombent même si la force les abandonne quelques fois.
 
VKII-COM: Nous imaginons qu’être porteuse d’une telle association n’est pas sans obstacle. Quelles sont les difficultés qui se sont présentées ou qui se présentent toujours à toi, pour l’implémentation de tes activités citées plus haut?
AR: J’ai eu de difficultés lors de l’établissement des premiers actes de naissances, lorsque les parents ont été invités au palais de justice pour témoigner leur paternité. Plusieurs n’ont pas fait acte de présence soit disant que c’est une façon de vouloir les incarcérer. Il a fallu que l’avocat leur explique clairement en langue maternelle que c’est pour le bien de leurs enfants et qu’ils n’ont rien fait de mal. Vous pouvez vous imaginez que la majorité est né et a grandi en milieu rurale, sans acte de naissance. Ils n’en ont jamais eu besoin car ils ne sont jamais aller à l’école.
Le second obstacle c’est la durée des démarches pour obtenir les autorisations des bureaux de douanes. Faire déplacer le contenaire du port de Douala jusqu’à l’extrême-nord n’est pas chose facile. Il faut aller de bureau en bureau pour suivre le dossier jusqu’à aboutissement. Cela prend minimum 3 mois. Si tout pouvait se passer par courrier électronique, cela réduirait beaucoup le temps d’attente.
Pour finir, j´ai eu également à être confronté à d´autres cas de lourdeurs administratives et même parfois des cas de chantage de corruption dans divers procédures et démarches que j´ai eu à faire. Ce qui complique énormément l´évolution de nos différentes activités.
 
Image
Mme Amina Rausch
 
 
VKII-COM: Au niveau du Nord-Cameroun (et plus particulièrement dans l´extrême Nord), quel constat peut être fait sur la scolarisation des jeunes enfants?
AR: J´aimerais surtout parler de la situation de la jeune fille, car c´est elle que j´aimerais le plus soutenir, par rapport à leur situation. Ce n’est pas à ignorer que l’éducation de la jeune fille de l’extrême-Nord est toujours précoce. Pour les cas les plus extrêmes, certaines font objet de mariage forcé ou de viols.  Certaines peuvent être élevées chez un membre de la famille qui mène une vie plus aisée. Ce séjour ou cette éducation chez sa famille d´accueil peut parfois très bien fonctionner. Mais parfois, cela peut aussi mal tourner et elle se retrouve, devenir une sorte de « Bonne » ou « fille de ménage » pour  la dite famille.
Les 5 meilleures élèves de chaque classe (de la CIL au Cours Moyen 2) sont des filles, d´après l´expérience et l´observation que j´ai des régions que je suis. Ces filles ont la volonté de se faire éduquer. Beaucoup d’entre elles ont un formidable destin mais nous ne le sauront jamais de quoi elles sont capables si nous ne leurs venons pas en aide! N’oublions pas cette adage qui dit, qu´éduquer une jeune fille c’est éduquer une Nation! 
 
VKII-COM: Depuis quand connais tu l’existence de la VKII, notre association? Que penses-tu d’elle? Et à ton avis, que pourrait faire notre association ou alors dans quel domaine elle pourrait intervenir afin de soutenir le grand nord du Cameroun?
AR: Je connais l’existence de la VKII depuis début 2014. Je trouve que c’est une initiative dont je ne peux que louer les avantages car nous avons besoins des ingénieurs et informaticiens au Cameroun. Ceux qui sont prêts à apporter un changement positif! Je me rappelle avoir jeté un coup d’œil dans le cahier d’informatique d’un élève de la classe de 5ème ! Grande était ma surprise lorsque ce dernier m’a dit qu’il n’a jamais touché à un clavier mais il a cours en informatique. Tout y est écrit, comment manipuler les touches du clavier ainsi de suite. Votre association est un grand bénéfice pour nous ("WOKKA Zukunft für den Nordens Kamerun"). Vous pourrez nous aider dans le cadre de nos projets, une fois que nous aurons une salle d’informatique avec tout le matériel nécessaire pour former les élèves sur comment utiliser l’ordinateur et leur maintenance. Vous pouvez nous aider à obtenir des ordinateurs et formez nos jeunes enfants qui sont l’avenir de notre pays! Nous aider à sensibiliser les élèves et enseignants que le bonheur et les richesses c’est au pays! C’est l’éducation dont ils ont besoin pour développer cette région du pays! 

VKII-COM: Pour ceux ou celles qui souhaiterons mieux connaitre ton association, la soutenir ou y adhérer comment pourraient-ils s’y prendre?

AR: Je m´adresserais particulièrement à vous, les ingénieurs et informaticiens membres ou non membre de votre association. Je vous demanderais d’étendre vos connaissances dans le domaine informatique sur toute l´étendue du territoire camerounais et notamment dans l´extrême nord! Je trouve cette région la plus en retard dans ce domaine. Je vous appelle à nous aider à rattraper ce retard en connaissance informatique, surtout en zone rurale, en donnant des cours dans les différentes écoles du secteur ou en aidant à la formation d´enseignants qui pourront le faire! Car l´informatique ou les sciences et domaines de l´information et du digitale, sont des domaines d´avenir avec beaucoup de perspectives économiques pour l´Afrique.
Vous ou toutes personnes de bonne volonté, pouvez/peuvent également aidez les enfants en financant leur fourniture scolaires, comme des ardoises ou stylos ou bancs de classe. Ne me donnez pas cet argent, achetez et apportez cela à l’école de votre choix ou contactez moi sur This e-mail address is being protected from spam bots, you need JavaScript enabled to view it et je vous donnerai les noms des écoles à aider.
Il y’a des écoles ou les élèves sont obligés de faire des kilomètres de marches pour aller composer le CEPE dans d’autres établissements car ils manquent de table bancs dans leurs écoles! Beaucoup passe toute l´année scolaire en étant assis à même le sol pour suivre leurs cours. N’attendons pas que ceux qui n’ont pas eu la chance de réussir deviennent des mendiants ou alors des jeunes à la solde de mouvements armés extrémistes.  Aidons-les à ne plus jamais mendiez ou à ne pas devenir des extrémistes, en leur donnant la possibilité de se prendre en main pour toute la vie.

VKII-COM : Pour finir, peut-on compter sur toi, pour devenir membre de notre association?

AR: Honnêtement, je pense  que mon fils qui fait sa formation en informatique comme maintenancier, serait la personne la mieux placée pour joindre votre association, car il bouillonne d’envie de rentrer au Cameroun à la fin de sa formation pour s’y caser afin d’aider ceux qui partagent son rêve d’informaticien.

VKII-COM: C´est avec plaisir, que nous l´accueillerons parmi nous. Nous te remercions chère Amina pour cet entretien et nous te souhaitons une très bonne continuation.

AR: Je vous remercie pareillement.


Interview réalisée par l´équipe communication VKII.
 
VKII Sponsors
VKII Partners
Become a member
Services for members
Membership form
VKII Bank Account
Einzugermaechtigung Form
Foerdermitglied
Search a Job
Statistics
Members: 42
News: 1620
Web Links: 5
Visitors: 5096125
VKII on Facebook